SUSECon 2016

Nous étions avec le caméléon à Washington D.C. et nous avons vu beaucoup de choses excitantes à la conférence annuelle SUSECon et nous avons surtout expérimenté l’esprit Open Source.
L’atmosphère contagieuse, la proximité avec la direction de SUSE, les nombreuses technologies, mais aussi la façon dont SUSE se présente ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles SUSECon est l’une des meilleures conférences informatiques jamais organisées – mais regardez par vous-même.

Rock’n’Roll Baby!

Ne pas se prendre trop au sérieux et assaisonner une conférence avec l’humour nécessaire est une chose, mais jouer une reprise de R.A.T.M. à la fin de Keynote en est une autre: Coding in the Name of – Rage Against the Machine Parody – yay, c’est tout ! 😀
SUSE Band - Coding in the Name of
Cette année encore, SUSE a créé une atmosphère détendue dans laquelle les participants à la conférence ne pensent pas qu’ils font partie d’un salon de vente dont le but est de démontrer leur grandeur. Les friandises de la conférence (Raspberry Pi 3 avec SLE préinstallé), la visite du Musée de l’Air et de l’Espace des Nations et de nombreuses conférences techniques montrent aussi que les garçons et les filles de Nuremberg se concentrent toujours sur la technologie.
SUSECon 2016 Konferenz-Goodie

Annoncement

Bien sûr, les annonces n’ont pas été trop courtes. Les nouvelles suivantes ont été particulièrement intéressantes pour nous :

Reprise d’OpenAttic

Avec la OpenAttic-Merger, SUSE a annoncé la première acquisition d’une société technologique en plus de 20 ans d’histoire et souligne que d’autres acquisitions stratégiques sont à l’étude.

SUSE Enterprise Storage 4

SUSE a annoncé SES 4 et a promis ce qui suit :

  • CephFS prêt pour la production
  • Intégration de la première partie de la solution de gestion OpenAttic
  • Annonce de DeepSea qui commandera des OSD, MONs, iSCSI Gateways, etc. via Salt dans le futur.
  • Support ARM

CaaSP et Kubernetes (k8s)

Omniprésent à Washington était également Kubernetes, qui avec un certain retard a apparemment trouvé sa place dans le portefeuille de SUSE. La distribution interne OpenStack SUSE OpenStack Cloud 7 peut déployer directement un cluster Cubernet via des modèles thermiques.
Avec CaaSP (Container as a Service Platform), SUSE a également annoncé une solution qui combinera Kubernetes, Docker et son propre MicroOS dérivé de SLE.

Saltify all the things

Les Solutions from Salt étaient également très présents. SUSE utilise le sel dans de plus en plus de domaines et il ne fait aucun doute que le sel est venu pour rester. Le discours de Thomas Hatch (fondateur et directeur technique de SaltStack), dans lequel l’architecture et les avantages du sel ont été habilement démontrés, est l’un des meilleurs discours que nous ayons vu ces dernières années.

SLE SP2

SUSE a également annoncé SP2 pour SLE 12 – nos points forts ici sont la prise en charge de 64Bit ARM et NVDIMM. HP a déjà annoncé des serveurs avec NVDIMM – ce sera excitant ! 🙂

MSSQL sur SLE

Microsoft était également présent au SUSECon et ce que l’équipe de Redmond a montré était très impressionnant. Tommy Mullaney a montré publiquement MSSQL sur SLE pour la première fois !
Les données clés les plus importantes:

  • Installation via des packages conventionnels, MS propose directement des référentiels
  • Gestion via systemd
  • Les outils de gestion en ligne de commande sont tous disponibles sous Linux
  • Microsoft offrira MSSQL aussi comme Docker Container.
  • Même support MS pour Linux que pour Windows

Techniquement, Microsoft utilise le même truc que WSL, simplement dans l’autre sens. Cela signifie que les binaires sont les mêmes sous Linux et sous Windows et qu’une couche traduit les syscalls. Apparemment, l’impact sur les performances est si faible qu’aucune différence n’est perceptible.
La seule question est de savoir combien de temps il faudra avant que Microsoft n’offre aussi Exchange, AD et IIS pour Linux. 😉

Conclusion

SUSECon n’est pas n’importe quelle conférence – SUSECon est un grand rassemblement d’un mélange équilibré de techniciens, décideurs, formateurs, héros du documentaire, partenaires, journalistes et bien plus encore.

Un bon niveau technique, beaucoup d’humour, de bonnes conversations, de la bonne bouffe, des cadres pratiques, des certifications gratuites et surtout les Pieds sur Terre ou en bref : une conférence dont les autres pourraient apprendre.